La sécurité d’abord: soyez préparés!

Le ligotage est comme un sport, le risque de blessure est réel. Et comme pour toute activité physique, des connaissances et une bonne technique peuvent aider à mitiger ces risques.

Des ciseaux et crochets de sécurité sont idéaux pour couper la corde en cas d’urgence. Il est encore plus sécuritaire de les garder directement sur soi. Les couteaux ordinaires et les ciseaux de cuisine ne sont pas aussi efficaces à cause du risque de se poignarder en coupant autre chose. Vous pouvez également ajouter à votre trousse un petit pic solide, comme un épissoir, pour aider à défaire les nœuds au cas où ils deviendraient difficiles à défaire.

La meilleure façon de se préparer à un incident est de visualiser ce que vous êtes sur le point de faire et d’imaginer ce qui pourrait se produire. Par exemple, que se passerait-il si vous ou votre partenaire vous évanouissiez ? Que feriez-vous si vous étiez blessé à une main? Participer à un cours de premiers soins est un bon moyen de se former à la gestion des situations d’urgence et couvre les stratégies pour nombreux types de blessures.

Dommage aux nerfs

Le risque pour la santé physique le plus important auquel nous sommes confrontés avec le ligotage est la compression des nerfs. Lorsqu’un nerf reçoit une pression importante, il peut être endommagé, ce qui l’empêchera de fonctionner normalement, même après que la pression ait disparu. La pression peut provenir de la corde elle-même, ou indirectement d’un muscle contracté ou enflammé, ou d’un objet extérieur poussé contre le nerf. Ce problème est souvent indolore ou peut créer un léger picotement ce qui explique pourquoi ce risque est si difficile à contrôler.

Il existe trois catégories de nerfs : les nerfs moteurs, les nerfs sensoriels et les nerfs mixtes. Une lésion à un nerf sensoriel peut provoquer un engourdissement d’une zone, et une compression à un nerf moteur causera une faiblesse ou une incapacité à bouger le muscle activé par ce nerf (ex : faiblesse à fermer la main ou des poignets tombants).

Les risques de lésions nerveuses ne peuvent qu’être atténués. Les nerfs passent partout dans le corps et chaque personne a des trajets nerveux légèrement différents. Vous pouvez subir des lésions nerveuses en adoptant une mauvaise position de sommeil, en faisant de l’exercice ou en vous frappant le coude.

Plus vite le problème est détecté, plus vite il guérira.

Commer mitiger les risques:

  • Attachez sans trop serrer et/ou loin des articulations (poignet, coudes, genoux, chevilles),
  • Évitez les nœuds volumineux qui s’enfoncent dans la peau, en particulier aux endroits où les nerfs sont plus exposés,
  • Gardez à l’esprit que les surfaces dures peuvent enfoncer les nœuds dans les nerfs,
  • Surveillez les fonctions motrices des mains pendant les ligotages qui impliquent les membres supérieurs (capacité d’ouvrir et de fermer les mains),
  • Caressez votre partenaire ou touchez-vous pendant la session pour identifier les premiers signes d’engourdissement,

Les lésions causées aux nerfs sont cumulatives ; quelque chose qui était correct la première fois peut ne plus l’être après plusieurs répétitions. Les nerfs prennent beaucoup de temps à guérir, contactez un professionnel de la santé en cas de faiblesse ou d’engourdissement persistants.

Le Jour 50 couvrira les différentes fonctions et chemins des nerfs, en particulier les nerfs qui sont sujets à des blessures. Nous aborderons également les blessures les plus courantes avec chaque nouveau ligotage.

Risques avec de graves conséquences

… mais faciles à éviter.

Mort

Chaque année, des gens meurent en pratiquant le ligotage. Généralement, parce qu’ils étaient seuls, ou ont créé une entrave à la respiration, souvent les deux en même temps. 

Commer mitiger les risques:

  • Évitez les cordes autour de l’avant ou du côté du cou,
  • Assurez-vous de pouvoir détacher rapidement tout ce qui peut gêner la respiration, comme la compression de la poitrine, et les positions du corps qui limitent la respiration, comme les flexions arrière et avant. Ce phénomène est l’asphyxie positionnelle.
  • Les corsets et les bâillons contribuent également à restreindre le flux d’air,
  • Si vous désirez vous attacher vous-même, demandez à quelqu’un de vous surveiller (spotter),
  • Restez avec votre partenaire ligoté à tout moment (mais vous pouvez lui faire croire que vous êtes parti : ).

Chutes

Lorsque les mains sont ligotées, on peut ne plus être en mesure de se protéger en cas de chute. La personne qui attache peut aussi tomber en trébuchant sur un obstacle. Imaginez le scénario d’une personne devant se détacher elle-même pour aider son partenaire inconscient à la suite d’une chute, terrifiant !

Commer mitiger les risques:

  • Attachez assis ou à genoux,
  • Restez près d’une personne attachée debout, ou attachez-la à un point fixe,
  • Libérer votre espace pour limiter les risques de trébuchement (tapis, sac de corde, autres personnes, fouillis, etc.),
  • Fixez la personne attachée pour éviter de rouler hors du lit, de faire basculer la chaise, etc,
  • Veillez à ce que toutes les participants mangent bien et restent hydratées,
  • Évitez de bloquer les genoux lorsque vous êtes debout afin de maintenir une bonne circulation sanguine dans les jambes (une cause fréquente d’évanouissement).

Ambition

L’excitation a tendance à faire oublier aux gens les dangers de ce qu’ils entreprennent. Attacher des gens dans des endroits dangereux, les suspendre au plafond avec des techniques ou des équipements douteux, assumer le consentement de l’autre… Il est facile de laisser son excitation prendre le dessus. Les erreurs qui auraient pu être facilement évitées avec une meilleure planification s’accumulent souvent.

La suspension comporte des risques accrus. Le simple fait d’ancrer un partenaire à un point fixe peut accroître les problèmes potentiels. Les suspensions totales et partielles peuvent augmenter le risque de lésions nerveuses car le poids de la personne ajoute à la pression de la corde sur le corps. Une défaillance de l’équipement, la rupture de la corde, l’instabilité du point fixe, peuvent avoir de graves conséquences.

Commer mitiger les risques:

  • Révisez votre liste de négociation et respectez les limites convenues,
  • Évaluez la sécurité de l’endroit où vous allez attacher, certains endroits peuvent sembler sympas mais présentent divers dangers,
  • Avant d’essayer une nouvelle technique, prenez le temps de vous renseigner sur les risques qui y sont associés,
  • Lorsque vous utilisez une technique que vous connaissez déjà, révisez mentalement les risques potentiels, même si vous ne les avez jamais rencontrés auparavant,
  • Assurez-vous que votre partenaire est conscient des risques liés au type de jeu que vous allez partager ensemble.
  • Évaluez si vous avez les compétences appropriées pour mitiger les risques, comme la vitesse de d’attache (et détachage), la compréhension du corps,
  • Adaptez le type de jeu lorsque vous essayez de nouvelles techniques. Par exemple, essayez de nouvelles choses en mode laboratoire pour assurer une meilleure communication,
  • Évaluez comment l’excitation et les désirs influencent votre prise des risques, et ce que vous pourriez regretter plus tard,
  • Évitez les suspensions jusqu’à ce que vous ayez acquis les connaissances et les techniques appropriées.

Risques avec une haute probabilité d’occurence

… Communs mais faciles à mitiger.

Circulation

Il est très fréquent que la circulation sanguine soit entravée pendant le ligotage. Le premier signe est souvent une sensation d’engourdissement dans tout le membre (distalement par rapport à l’endroit de la restriction), suivie d’une sensation de picotements lorsque la circulation sanguine revient. Ces sensations disparaissent généralement en quelques minutes après avoir éliminé la cause de la restriction du flux sanguin, mais l’engourdissement causé par une mauvaise circulation sanguine peux masquer des problèmes aux nerfs.

La durée pendant laquelle le corps peut supporter des entrave à la circulation dépend de l’endroit et varie d’une personne à l’autre. Les directives médicales concernant la durée sécuritaire d’un garrot est de relâcher pendant 5 minutes toutes les 30 minutes. En évitant les entraves de circulation sanguine prolongés, de nombreux risques tels que la nécrose, les thromboses ou les lésions profondes des tissus internes deviennent très improbables. Les lésions nerveuses restent le plus grand risque observé à la fois dans le ligotage et dans le domaine médical.

La coloration de la peau n’est pas un bon indicateur des problèmes de circulation car elle varie beaucoup d’une personne à l’autre. Il est toujours bon de garder un œil, mais une bonne communication est le meilleur moyen de mieux évaluer si la circulation sanguine est un problème ou non. Les personnes à la peau claire peuvent devenir bleues très facilement, même si la circulation est peu restreinte. Les personnes à la peau plus foncée peuvent devenir encore plus foncées, tandis que la peau des paumes est plus susceptible de devenir plus claire ou bleuâtre. Pour la plupart des gens, une coloration grise est quelque chose à éviter.

Marques de cordes et brûlures

Partout où une corde épouse la peau d’une personne, des marques sont susceptibles d’apparaître. Il existe différents degrés de marques de corde et chaque personne est différente quant à la durée de ces marques. Tant que vous n’avez pas appris comment votre corps réagit, il est prudent de supposer qu’il y aura des marques partout où la corde touche la peau. Les marques sur le visage, le cou et les avant-bras sont souvent des endroits problématiques, il est important de discuter de votre profil de risque avant d’attacher.

Lorsque la corde appuie uniformément sur la peau, elle provoque une légère marque semblable à celle que l’on obtient avec des vêtements serrés. Ces marques disparaissent généralement en quelques minutes ou quelques heures et sont souvent chéries comme souvenir de la séance. Mais lorsque la corde est tirée rapidement le long de la peau, elle peut créer une brûlure provoquant une inflammation de la peu et des saignements. On peut éviter ceci en tirant doucement sur la corde ou en plaçant la main entre la peau et la corde lorsqu’on veut tirer rapidement.

Des ecchymoses peuvent également apparaître à des endroits que la corde n’a pas touchés, même si c’est moins fréquent. Lorsque la circulation est restreinte entre deux points, la peau entre ceux-ci peut conserver une teinte bleutée. Celle-ci est généralement indolore et disparaît en quelques jours. Un autre type de marque est la pétéchie, c’est-à-dire de minuscules points rouges sur la peau qui ressemblent un peu à des taches de rousseur. Ils peuvent apparaître partout où la pression artérielle a augmenté, et il est courant de les voir sur le visage d’une personne qui s’est suspendue à l’envers pendant une période prolongée. Elles s’estompent généralement en quelques heures ou jours.

Inspirations et ressources

Credit: Photos – P: Ebi McKnotty – M: Kaptain Kink, Miss Soffia P: Ebi McKnotty – Traduction: Ebi McKnotty

 

Ou retournez à Commencez-Ici pour plus d’options.

Share this page!