Un noeud de colonne simple et des frictions sont une base suffisante pour commencer à jouer. Improviser avec la corde est un excellent moyen de découvrir des positions de bondage simples et efficaces. C’est aussi un outil fantastique pour créer un moment d’intimité avec votre partenaire et explorer votre créativité.

Improvisation avec une corde

Enveloppez le corps avec une corde, attachez avec votre instinct, détachez, attachez à nouveau, essayez quelque chose de différent à chaque fois. Les techniques simples permettent de se concentrer sur le moment présent. Les termes japonais ipponnawa 一本縄 (une corde) ou ichinawa 一縄 (meilleure corde) sont souvent utilisés pour décrire cette technique.

L’improvisations à une corde est une excellente façon de créer un sentiment d’intimité. Attacher de manière inattendue permet un large éventail d’interactions et de contacts physiques. Prenez soin de discuter des types de contact et des parties du corps sur lesquelles il est bon d’attacher avant de commencer à improviser.

Prenez votre temps, évitez de mettre la corde sur le devant du cou et gardez la corde plus mole près des articulations. Les possibilités sont infinies, laissez-vous guider par votre créativité!

Moment de pratique!

Essayez d’improviser avec une corde en utilisant un noeud de colonne simple et des frictions. Seulement une seule corde!

Idées d’exploration :

  • Essayez différents points de départ : le poignet, la cheville, la taille, etc.
  • Faites bouger le corps dans différentes positions. Quelles sont vos positions préférées ?
  • Utilisez la friction pour attacher d’autres parties du corps. Quelles frictions sont les meilleures dans ce contexte ?
  • Concentrez-vous sur le détachage, comment pouvez-vous faire en sorte que ce moment soit ressenti comme le plus important ?
  • Discutez ensuite avec votre partenaire des moment de la séance qui vous a semblé les meilleurs et pourquoi. Si vous vous attachez en solo, vous pouvez noter vos réflexions.

Ligoté.e: Le balancier – sansblague

Lorsque quelqu’un vous attache, le mouvement de la corde invite souvent à de légers mouvements dans votre corps. Même si vous cherchez à rester immobile, il y aura presque inévitablement un léger balancement d’avant en arrière, surtout si vous êtes assis ou debout. Quelle que soit votre position pendant l’exercice, observez comment vous gérez ce balancement. Laissez-vous la traction de la corde vous déplacer dans la direction de la corde, ou créez-vous une contre-tension en vous penchant dans l’autre direction, ou les deux ? Il n’y a pas de bon ou de mauvais choix ici, mais votre façon de gérer le mouvement peut en fait faciliter différentes façons d’attacher. De manière générale, si vous suivez la traction de la corde, c’est une invitation pour l’autre à soutenir davantage votre corps. Si, au contraire, vous fournissez vous-même la contre-tension, la personne qui vous attache n’aura pas besoin de vous toucher pour vous stabiliser. Vous pouvez apprécier différentes manières selon la situation, et ainsi pour la personne qui attache. Il existe également des moyens de faire en sorte que l’un ou l’autre se produise sans échange verbal, et la différence entre les deux peut être initiée tant par la personne qui attache que par celle qui est attachée. Si vous le souhaitez, vous pouvez prendre un moment commun pour explorer ces possibilités dans le cadre de l’improvisation à une corde.

 

Attacher: Laisser aller / Laisser la corde prendre la décision pour vous – Butterfly Bondage

Pendant le ligotage, il est tentant de se concentrer sur la maîtrise de techniques et d’attaches spécifiques. Vous voulez acquérir des connaissances et être sûr de ce que vous faites. Mais il y a un autre côté à la médaille : si vous continuez à travailler de cette façon, vous vous concentrerez beaucoup sur la planification. Ce qu’il faut attacher ensuite, et comment mettre en place cette structure. Appelons cela « l’esprit d’ingénierie ».

Que se passerait-il si vous abandonniez ce « mode de fonctionnement » ? Il est intéressant d’attacher d’une manière que j’appellerais « laisser la corde me guider ». Donc, ne planifiez pas à l’avance. Enroulez une corde autour de votre partenaire, puis faites une friction complètement aléatoire, et à partir de cette friction spécifique, il devient logique de continuer dans une certaine direction ou un certain angle. Suivez la direction dans laquelle la corde vous mène, et continuez à partir de là. Vous vous enroulez à nouveau, faites une friction aléatoire, et suivez la direction de la corde. Et vous répétez. C’est simple et c’est un excellent moyen de profiter de la corde sans avoir à réfléchir ou à planifier. Cela peut être un moyen de renforcer la connexion et l’intimité énergétique entre votre partenaire et vous-même. Essayez-le.

 

Paradoxe des motifs et présence – Andy Buru

L’un des plus grands défis de l’apprentissage du ligotage est le paradoxe des formes et de la présence. Beaucoup s’entendent à dire que la corde vise la communication entre les gens et que cela exige que l’esprit soit dans le moment présent, focus sur le dialogue en cours. Mais l’esprit peut facilement glisser vers l’analyse de ce qui s’est passé avant ou d’essayer de prédire ce qui pourrait se produire dans le futur. Se souvenir d’une figure force l’esprit à se tourner vers le passé, tandis qu’imaginer à quoi ressemblera l’attache finale force l’esprit à se tourner vers l’avenir. Cela crée des interférences dans le dialogue car la personne qui attache sera plus présent dans la communication avec le motif qu’avec son partenaire. Bien sûr, nous avons besoin de motifs pour apprendre. C’est une partie importante de la façon dont nous diffusons les connaissances au sein de la communauté de ligotage. C’est là tout le paradoxe.

En écrivant ce texte et en proposant des exercices dans les chapitres à venir, je veux vous inviter à passer du temps à être simplement présent avec votre partenaire. Regarder l’attache se dérouler devant vous plutôt que de forcer un motif prédéfini. Rappelez-vous qu’un motifs est un bon serviteur mais un mauvais maître. Au fur et à mesure que vous apprendrez un motifs (ou plutôt les éléments constitutifs d’un modèle), il fera partie de votre mémoire musculaire. Une fois que c’est le cas, essayez d’attacher en gardant votre esprit présent sur votre partenaire, par exemple en regardant les yeux ou en vous concentrant sur une respiration synchronisée. C’est une bonne habitude de faire régulièrement le point avec votre esprit et de voir ce qui est présent en ce moment – le dialogue avec votre partenaire, le motif ou autre chose.

Nous explorerons davantage de ces concepts au cours de la Semaine 12.

Inspirations et ressources

Crédit: Photos – M: Kale R: Ebi McKnotty

 

 

Ou retournez à Fondation pour plus d’options.

 

Share this page!